Vente d’une importante collection Proustienne chez Sotheby’s

Marcel Proust - Vente Sotheby's
Marcel Proust, sur une banquette. [vraisemblablement le 27 juillet 1896]. Photographie originale.

Voici un événement qui va faire pâlir d’envie tous les amoureux de littérature. Ce 31 mai, Sotheby’s organise une vente autour de Marcel Proust avec une sélection de 126 lots issus de la collection Patricia Mante-Proust, descendante de l’illustre écrivain.

Cette collection s’annonce remarquable à double titre. Tout d’abord par sa provenance car l’ensemble des lots, transmis de génération en génération, sont soit de la main même de Marcel Proust, soit sont des pièces qu’il a lui-même rassemblées. Ensuite parce que l’ensemble de ces documents permettent de découvrir une part de l’intimité de Marcel Proust et de cerner un peu mieux le personnage qui se cachait derrière l’écrivain.

On découvrira ainsi de nombreuses photographies. Plus d’une trentaine de sa famille ; une quinzaine de Marcel Proust lui-même ; ainsi que des portraits de ses amis.

Proust portraits des membres de sa famille

Famille Proust : Marcel, Robert (2), Jeanne et Adrien Proust. 5 photographies originales.

Les documents les plus touchants sont probablement les lettres que Proust a envoyées à son entourage. Dans l’une d’elle, il évoque son choix de carrière auprès de son père qui ne voyait pas d’un bon œil son attrait pour le métier d’écrivain. Il confie à son cher petit papa « J’espérais toujours finir par obtenir la continuation des études littéraires et philosophiques pour lesquelles je me crois fait. » avant de poursuivre, résigné, « Je me mettrai à préparer soigneusement, à ton choix, le concours des affaires étrangères ou celui de l’Ecole des Chartres. »

Marcel Proust, Lettre à son cher petit papa, Vente Sotheby's

Marcel Proust, Lettre autographe signée à son père. 9 boulevard Malesherbes, jeudi 10 heures [28 septembre 1893]

Une autre lettre, destinée à Reynaldo Hahn, évoque la fin d’un amour. Marcel Proust, malheureux, lui destine un texte plein de reproches : « Je crois seulement que de même que je vous aime beaucoup moins, vous ne m’aimez plus du tout. »

D’autres lots sont plus en lien avec son métier d’écrivain. Parmi les plus précieux, un placard d’imprimerie encore inconnu du livre A l’ombre des jeunes filles en fleurs. L’ouvrage, initialement destiné à Grasset, voit son édition retardée. Marcel Proust en profite pour le retravailler et confie ses notes à Mlle Ralet, dactylographe de la N.R.F. Pour mieux les retranscrire, elle colle les fragments de manuscrits bout à bout. Il sera fasciné par ce collage : « Le manuscrit […] malgré mon affreuse écriture […] est ravissant et a l’air d’un palimpseste à cause de la personne qui le collait avec un goût infini. »

Proust Placard d'imprimerie A l'ombre des jeunes filles en fleurs

Marcel Proust, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, placard manuscrit. [1914-1919]

La vente propose également la lettre de l’académie Goncourt destinée à Marcel Proust, dans laquelle il lui est annoncé que le célèbre prix de 1919 est décerné à son livre A l’ombre des jeunes filles en fleurs.

Ce ne sont là qu’une sélection des nombreuses merveilles qui seront exposées dans les locaux de Sotheby’s du 27 au 30 mai. La vente, quant à elle, aura lieu le 31 mai, à partir de 17h. Plus d’informations sur la vente et les différents lots sont à consulter sur le site de Sotheby’s.

Antoine Vitek

Fondateur de Culturez-vous. Organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Amoureux des livres, de Paris et de ses musées. Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.