Jack et la Mécanique du Cœur – Mathias Malzieu

Quand j’ai vu les premières images de Jack et la mécanique du cœur je n’avais pas encore lu le livre, si le dessin m’a séduite de prime abord, c’est l’histoire qui m’a intriguée au point de me précipiter pour lire le livre avant de voir le film. Je ne vous dirais pas à quel point ce livre m’a touchée, je l’ai littéralement dévoré et j’étais encore plus curieuse et quelque peu anxieuse aussi d’en voir l’adaptation. Autant vous le dire tout de suite, mes peurs se sont révélées infondées et j’ai même découvert certaines chansons qui accompagnaient initialement le livre, il faut dire que l’auteur lui-même co-réalise le film, ce qui était déjà un bon présage.

Comme pour le livre et le CD, avec le film nous sommes face à une oeuvre à part entière, adaptation du livre et du CD, elle s’en inspire et les complète. Oeuvre singulière, poétique, elle se démarque aussi du dessin animé classique. Rassurez-vous si vous n’avez pas lu le livre vous serez tout de même emportés par l’histoire, sa poésie, son univers à la beauté mélancolique, teinté de western et de quête à la Don Quichotte. Mais je gage aussi que vous n’aurez qu’une envie lire le livre, écouter le cd et plonger dans cet univers qui forme un tout.

 

Bande-annonce :

 

 

affiche Jack et la mécanique du coeurSans tout vous dévoiler, voici quelques mots sur l’histoire. Nous sommes le jour le plus froid du monde, une jeune mère seule se dirige en haut de la colline où vit une femme considérée comme une sorcière et connue comme accoucheuse, Madeleine. Malgré le froid elle arrive à son but et accouche chez Madeleine. Mais le cœur de l’enfant est gelé, Madeleine qui sait aussi réparer les gens, confectionne un cœur avec une horloge qu’elle place dans la poitrine de l’enfant pour le sauver et le faire vivre. Jack est sauvé, sa mère s’en est allée et Madeleine l’élève. Cette horloge n’est pas sans inconvénients, Jack doit respecter des règles et la plus importante de toutes : ne jamais tomber amoureux. Mais comment empêcher un jeune garçon de tomber amoureux surtout quand en ville une petit danseuse andalouse fait claquer ses petits talons aiguille ?
Le tableau est dressé, l’histoire s’emballe alors et Jack n’aura de cesse de retrouver sa belle miss Accacia, aidé de Méliès qui compte bien influencer ce fatal destin et guider Jack vers l’élue de son cœur, même si ce cœur doit en souffrir au delà de toute douleur.

L’illustratrice qui donne vie aux personnages est Nicoletta Ceccoli, elle avait déjà été choisie par Mathias Malzieu avec d’autres artistes pour illustrer son livre Métamorphose en bord de ciel (2011), qui avait fait l’objet aussi d’une exposition collective. L’influence de Burton se ressent dans ces personnages emprunts de mélancolie. Cependant la beauté sombre de cet univers est radoucie par la poésie omniprésente qui fait voler les personnages et donne lieu à des scènes aux frontières de la pure oeuvre d’art, on ferait bien un arrêt sur image pour rester sous le charme. Nous sommes en fait bien loin d’un dessin animé classique et linéaire, de nombreuses trouvailles empruntées au tout début du cinéma parsèment le film et sont autant de pépites que je vous laisse le plaisir de découvrir.

Aventure musicale traduite en film d’animation, au casting de rêve faisant intervenir les plus grands artistes de la scène musicale française à l’image de l’auteur lui-même Mathias Malzieu, leader du groupe Dionysos, qui prête sa voix au personnage de Jack et co-réalise le film. Si le rêve de Mathias Malzieu serait à présent de réaliser un vrai film à partir de son premier roman Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, comme il le confiait au micro de France inter, notre rêve à nous serait que ce premier dessin animé soit le début d’une belle aventure dans le cinéma et le cinéma d’animation, pour voir d’autres moments de pure poésie. Je n’ai donc qu’un conseil à vous donner : laissez-vous emporter et précipitez-vous pour voir Jack et la mécanique du cœur.

 

Réalisateurs : Mathias Malzieu, Stéphane Berla
Sortie le 5 février 2014

 
Retrouvez Mériam sur Twitter et sur son blog Meribs on Cinema
 

Mériam

un seul moteur la passion, passion pour le cinéma, passion pour le dessin et l’art en général, passion pour les musées forcément. Une passion que j’aime à partager en tout lieu et surtout chaque semaine dans les musées avec la joyeuse association un Soir un Musée un Verre, dont j’ai le bonheur de faire partie. Une telle passion ne pouvait trouver plus beau lieu que Paris pour être assouvie, parisienne de cœur, j’aime à arpenter les pavés de cette ville qui n’a pas fini de m’émerveiller.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.