Emmanuelle Pagano – En cheveux

Emmanuelle Pagano - En cheveux - Récits d'objets - musée des confluencesLorsque l’on pénètre dans un musée, on s’intéresse généralement à la beauté de l’œuvre, à sa signification ou encore à son créateur. On s’interroge peu en revanche sur la vie qu’a pu connaître l’œuvre avant d’y être exposé. Si la narratrice de cette nouvelle vient observer le châle de soie de mer, ce n’est pas tant pour admirer l’objet que pour renouer avec ses souvenirs puisque ce châle appartenait à sa famille. A peine le conservateur a-t-il ouvert la boite qui le protège qu’elle se retrouve projetée dans son enfance :

 

J’ai l’impression qu’en éclairant le châle, le conservateur fait apparaître le portrait de Nella, ses cheveux aussi bruns que le châle est blond, mais avec les mêmes reflets roux, et derrière elle, un peu en retrait, mon autre tante, Bice, projetant une ombre sur elles, mon père, leur frère aîné, et, cachée par cette ombre, toute mon enfance à Stellanello, le temps particulier des vacances, quand je croyais jouer à nous cacher de mon père et que Nella me laissait me déguiser avec le châle et ses dorures devant le soleil couchant.

 

Dans cette famille italienne très patriarcale, son père est un chef de famille fasciste et autoritaire. Il possède tout et ne laisse à ses deux soeurs que le stricte nécessaire pour vivre. Nella, la tante, ne veut pas se marier, préférant garder sa pauvre liberté que d’être sous la tutelle d’un mari. La narratrice observe sa famille se déchirer mais reste fascinée par cette tante pleine de volonté et si sûre d’elle. Dans la pauvreté de sa vie, la plus grande richesse que possède sa tante est ce châle :

 

Elle savait apprécier la valeur, la délicatesse, la souplesse du tricotage, la finesse des mailles, elle connaissait la rareté de la soie marine. Il était trop précieux pour le rabaisser en faire-valoir, en objet de séduction.

 

Plus qu’un simple bien, ce châle correspond à la personnalité de Nella : à la fois précieux, sauvage et fragile. Ne supportant pas le poids trop lourd du souvenir évoqué par le châle, la narratrice en a fait don au musée :

 

A la mort de Nella, j’ai voulu que l’or du châle ne me soit pas réservé, j’ai voulu qu’il ne brille pas seulement dans l’intimité, le châle était trop lourd pour mes épaules. Je l’ai donné au musée.

 

Dans cette nouvelle, le châle si brillant n’est pas exposé mais simplement gardé dans le noir des réserves. Heureusement, pour nous cette nouvelle n’est qu’une fiction et le châle devrait trouver sa place avec les papillons et les soies sauvages qui seront exposés au musée des Confluences.

Emmanuelle Pagano - En cheveux - Récits d'objets - musée des confluences

Châle de Soie de mer tricotée, Italie, XIXe siècle
© Pierre-Olivier Deschamps – agence VU’ – musée des Confluences


 

Interview de l’auteure :

 

 

Note : 

 

2014 – 76 pages – ISBN : 978-2918698616
Emmanuelle Pagano – Française
A paraître le 22 octobre 2014

 

Ce livre fait partie de la collection Récits d’Objets, co-éditée par le Musée des Confluences et les éditions Invenit.
Merci à Libfly et à la Voie des indés qui nous a permis de découvrir cette collection.

 

A propos du châle de soie de mer :

 

Par Joël Clary, responsable des collections de sciences de la Vie, musée des Confluences

L’originalité de ce châle tient autant à sa nature qu’à son histoire. Sa matière est la soie, pas celle du bombyx du mûrier, le ver à soie domestiqué par les humains, ni la soie sauvage produite par différentes espèces de papillons asiatiques ou africains, mais le fil soyeux élaboré par un coquillage bivalve, la grande nacre de Méditerranée. Pour résister aux courants, le mollusque s’ancre au fond marin au moyen d’une touffe dense de filaments formant le byssus. Ce châle a ainsi été tricoté à partir de telles fibres préalablement lavées puis cardées, tandis que son pourtour est orné d’une frange de byssus à l’éclat mordoré. Relatée depuis l’Antiquité, l’exploitation de la soie de mer le long des côtes de la Sardaigne, de la Sicile, de la Calabre et des Pouilles, a perduré jusqu’au début du XXe siècle. La confection de pièces vestimentaires de luxe (gants, bas, bonnets, châles…) était destinée aux hauts dignitaires politiques et religieux. Une étude récente recense l’existence d’une soixantaine seulement de pièces en soie de mer, et ce châle, acquis en 2002 auprès d’une famille italienne, en constitue une pièce phare. Objet exceptionnel par sa rareté et son histoire, il trouve tout naturellement sa place au sein de l’ensemble de papillons et de soies sauvages de l’ancienne « Condition des soies de Lyon » conservée au musée des Confluences.

 

Antoine Vitek

Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

1 commentaire

  1. 22 octobre 2014

    […] En cheveux par Emmanuelle Pagano à propos d’un châle de soie de mer […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.