Delphine De Vigan – Jours sans faim

Résumé :

Une jeune femme anorexique arrive au limites de ce que son corps peut supporter. Dans un dernier espoir, elle accepte d’entrer dans un hôpital pour guérir. Une étape très difficile qui est aussi l’occasion pour elle de remonter aux causes de sa maladie.


 

Avis :

Delphine De Vigan Jours sans faim

Ce livre est le tout premier de Delphine De Vigan. Il a été édité en poche après le succès de ses derniers romans « Un soir de décembre » et surtout « No et moi ». J’ai beaucoup aimé ces deux livres alors je me suis laissé aller à la lecture de « Jours sans faim ». Cette histoire est très touchante, Delphine De Vigan nous présente Laure, jeune femme anorexique totalement prisonnière de sa maladie. Elle voudrait s’en défaire, pourtant cette maladie a pour elle un quelque chose de rassurant. Contrairement à d’autres livres qui peuvent exister sur le sujet, celui-ci ne se contente pas de dresser le portrait d’une anorexique, il cherche à explorer les causes éventuelles de la maladie. Cependant, je n’ai pas été très séduit par ce livre. Du début à la fin c’est la 3e personne qui est utilisée, et ce côté très « descriptif » a été pour moi lassant. Peut-être que le style un peu « lourd » de ce livre est lié au manque d’expérience de l’écrivain qui en était, comme je vous l’ai dit, à son premier livre.

 

Extrait :

 

C’était quelque chose en dehors d’elle qu’elle ne savait pas nommer. Une énergie silencieuse qui l’aveuglait et régissait ses journées. Une forme de défonce aussi, de destruction.

Cela s’était fait progressivement. Pour en arriver là. Sans qu’elle s’en rende vraiment compte. Sans qu’elle puisse aller contre. Elle se souvient du regard des gens, de la peur dans leurs yeux. Elle se souvient de ce sentiment de puissance, qui repoussait toujours plus loin les limites du jeûne et de la souffrance. Les genoux qui se cognent, des journées entières sans s’asseoir. En manque, le corps vole au-dessus des trottoirs. Plus tard, les chutes dans la rue, dans le métro, et l’insomnie qui accompagne la faim qu’on ne sait plus reconnaître.

Et puis le froid est entré en elle, inimaginable. Ce froid qui lui disait qu’elle était arrivée au bout et qu’il fallait choisir entre vivre ou mourir.

 
Note : 
 

2001 – 125 pages – ISBN : 978-2-290-01338-0
Delphine De Vigan – Française

Article initialement publié sur le blog Art Souilleurs

 

Antoine Vitek

Fondateur de Culturez-vous. Organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Amoureux des livres, de Paris et de ses musées. Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

3 commentaires

  1. je viens d’acheter « jours sans faim » et au moment de le classer dans ma bibliothèque, je découvre « jours sans faim » de Lou Delvig. Je le feuillette et c’est LE MEME TEXTE; Madame de Vigan a-t-elle une explication ? je suis curieuse de connaître sa réponse. Merci à vous !

  2. Violaine dit :

    Marie : c’est normal, c’est le pseudonyme sous lequel son roman est d’abord paru (pour plus d’infos, voir l’article « Delphine de Vigan » sur Wikipédia)

  3. Oui je viens d’aller voir sur Wikipédia, mais il est quand même regrettable que cela ne figure à aucun endroit dans le livre de poche. Je lis beaucoup et hélas parfois, je me fis au thème. C’est ainsi que je me suis faite avoir. Tant pis, maintenant avant d’acheter un livre, j’irai voir la biographie de l’auteur, c’est quand même dommage. En tout cas merci de m’avoir répondu si vite. bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *