Philippe Delerm – Le portique

Résumé :

Sébastien est professeur de lettres dans un collège. Approchant de la cinquantaine, le regard qu’il porte sur sa vie n’est pas des plus optimistes : sa femme est là et il l’aime mais ses enfants eux, sont bien loin et mènent leur barque sans lui. Les moments d’autrefois, les rires et cette joie des petits riens semble s’estomper, laissant place à un vide un peu oppressant. Il entame alors une réflexion sur sa vie et sur le temps.


 

Avis :

Philippe Delerm - Le portiqueIl y a quelque chose chez Philippe Delerm dont je ne me lasserai jamais. Cette façon d’axer ses livres sur des réflexions simples mais qui pourraient à coup sûr être les nôtres. C’est ce questionnement sur le temps qui passe, la nostalgie des souvenirs d’enfants, de ceux qui ne sont plus là, la douce crainte du futur, la capacité à s’extasier devant la moindre petite merveille de la nature… Encore une fois ce roman n’échappe pas à la règle. Ce Sébastien doucement tourmenté n’a pas une vie à plaindre, ni spécialement à envier. Il est assez facile de ce fait d’apprécier ce personnage et de se laisser porter par ses inquiétudes et ses joies. Je sais que certains ne voient pas chez Delerm de la grande littérature mais qu’importe, ses histoires me plaisent, et c’est toujours une joie de le lire.

 

Extrait :

 

Ca peut venir n’importe quand. On se croit fort, serein dans sa tête et son corps, et puis voilà. Un vertige, un malaise sourd, et tout de suite on sent que ça ne passera pas comme ça. Tout devient difficile. Faire la queue chez le boulanger, attendre au guichet de la Poste, échanger quelques phrases debout sur le trottoir. Des moments creux, sans enjeu apparent, mais qui deviennent des montagnes. On se sent vaciller, on croit mourir et c’est idiot.

Très vite, on culpabilise, et ça n’arrange rien. Il y a les handicapés, les cancéreux, les sidéens, tous ceux qui viennent de perdre quelqu’un. De quel droit peut-on se sentir mal, être si mal ? Et puis c’est beaucoup plus stupide encore, mais on se sent vexé. On ne meurt pas.

 
Note : 
 

1999 – 187 pages – ISBN : 2-268-03324-4
Philippe Delerm – Français

Article initialement publié sur le blog Art Souilleurs

 

Antoine Vitek

Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.