Le château de La Motte Tilly rend hommage à l’un de ses illustres résidents : l’Abbé Terray

Château de La Motte Tilly
© Pauline Darley

Aller au château de La Motte-Tilly c’est comme rendre visite à un riche ami. Cette demeure est tellement accueillante que l’on s’y sent rapidement chez soi et que l’on se verrait bien y poser ses valises le temps d’un été !
Une balade dans cette belle propriété est aussi l’occasion de découvrir l’exposition consacrée à l’un de ses illustres résidents : l’Abbé Terray (1715-1778), puissant ministre de Louis XV.

 

Une histoire de famille

Le nom de La Motte Tilly est attesté dès 1369 et n’est pas le fruit du hasard : il témoigne de l’existence d’une motte féodale et de tilleuls. Il s’y dressait alors un premier château médiéval qui a été détruit autour de 1740. Ce n’est que quelques années plus tard, en 1755 que les premières pierres du château actuel sont posées pour les frères Terray : l’abbé Joseph Marie Terray et Pierre Terray, conseiller du roi. L’architecte François Nicolas Lancret conçoit une demeure de plaisance dotée de tout le confort moderne.

Après la mort de Pierre Terray en 1780, le château devient la propriété de son fils Antoine Jean Terray, également légataire universel de l’Abbé Terray. Sous la Révolution, le château est déclaré « bien national » avant d’être restitué à la famille.

Le domaine passe d’héritage en héritage avant d’être racheté par le comte Gérard de Rohan Chabot, descendant de Pierre Terray, et son épouse Cécile Aubry-Vitet. Ces passionnés du XVIIIe restaurent le château dans un soucis d’authenticité et transmettent leur passion à leur fille Aliette de Maillé qui poursuit leur œuvre. Pour préserver ce patrimoine, cette dernière lègue le château à la Caisse Nationale des Monuments Historiques, actuel Centre des Monuments Nationaux avec une volonté : « que le château ne soit pas habité, mais simplement visité (…) et reste meublé tel qu’il est aujourd’hui pour que le visiteur, au-delà de la simple curiosité, ait le sentiment d’une présence. »

 

Le château de La Motte Tilly

Force est de constater que la volonté d’Aliette de Maillé a été respectée. Le château est aujourd’hui très accueillant notamment grâce à son ameublement et à sa décoration.
La Motte Tilly est une demeure confortable, à la façon du château de Champs-sur-Marne on y trouve plusieurs salles d’eau modernes.

Découvrez le château en vidéo :

 

L’abbé Terray

Jusqu’au 20 septembre 2015, le château de la Motte Tilly rend hommage à l’un de ses illustres occupants, l’abbé Terray, au travers d’une exposition organisée en partenariat avec le château de Versailles.

L’abbé est s’est rendu célèbre en devenant contrôleur général des finances sous Louis XV, en 1769. En raison de l’état désastreux des finances publiques, il met en place de profondes réformes visant à réduire les dépenses tout en augmentant les taxes.
Ces mesures vont permettre un rapide rétablissement des finances mais font de l’abbé Terray un personnage très impopulaire. On le surnomme le « vide-gousset » et une plaisanterie de l’époque disait « Voilà l’abbé qui rit ; est-ce qu’il est arrivé malheur à quelqu’un ? » (!)

A l’apogée de sa carrière, en 1773, Terray occupe la charge de directeur des Bâtiments du Roi. A ce titre, il posa la première pierre de l’Hôtel de la Monnaie, qui abrite toujours la Monnaie de Paris.
La carrière de l’abbé Terray prend fin en 1774 avec l’arrivée de Louis XVI sur le trône qui cède à la pression de l’opinion publique et le renvoie. Il se retire dans son domaine de La Motte Tilly et décède en 1778.

 

Informations pratique :

Château de La Motte Tilly
10400 La Motte Tilly

Plein tarif : 7,5 € / Tarif réduit : 6 €

Exposition « De Versailles à La Motte Tilly, l’abbé Terray, ministre de Louis XV » jusqu’au 20 septembre 2015

Merci à Pauline Darley du blog Passion Château pour les photos qui illustrent cet article.

Antoine Vitek

Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.