Le cadeau du parlement de Franche-Comté à Louis XIV

Modèle d'artillerie offert par le parlement de Franche Comté à Louis XIV

Ce canon est l’une des plus belles pièces du musée de l’armée. C’est également la seule oeuvre du musée dont on sait avec certitude qu’elle a appartenu à Louis XIV, un comble puisque l’Hôtel des Invalides – où est installé le musée – a été voulu par le Roi Soleil ! Si cette pièce est si précieuse, ce n’est pas seulement en raison de son appartenance au Roi mais aussi pour son lien avec l’Histoire tumultueuse de la Franche-Comté.

 

La Franche-Comté : au cœur de la guerre franco-espagnole

Au cours du XVIIe siècle, la Franche-Comté a connu une période trouble. La guerre franco-espagnole a été terrible pour la province : 60 % des francs-comtois sont morts au cours du conflit. Avec le traité des Pyrénées (1659), l’Espagne obtient la souveraineté de la province mais Louis XIV n’entend pas laisser la Franche-Comté aux mains de l’ennemi.

En 1668, le général Condé conquiert le pays mais seulement pour quelques mois puisque la France abandonne à nouveau la Franche-Comté à l’Espagne avec le traité d’Aix-la-Chapelle.

A partir de 1673 les attaques entre l’Espagne et la France reprennent. Face à la résistance du peuple comtois, la France se montre intransigeante : à Arcey, des paysans refusant de se rendre sont brûlés vifs dans un clocher. De nombreuses émeutes éclatent et le sentiment anti-français est alors très fort mais les troupes de Louis XIV parviennent malgré tout à faire tomber les places fortes de la région.

Ce n’est qu’en 1678 que le traité de Nimègue réintègre la Franche-Comté dans la France malgré une opposition forte de quelques rebelles, certains allant jusqu’à demander à être enterré face contre terre pour ne pas voir les troupes Française fouler leur terre.

 

Le canon : un signe d’allégeance envers Louis XIV

Conscient de l’instabilité de la région, Louis XIV dote grassement les notables de Franche-Comté afin de s’assurer de leur allégeance. Par reconnaissance et en signe d’attachement, le parlement de Franche-Comté lui offre ce modèle d’artillerie en 1676.

Ce canon a été réalisé par Laurent Ballard et recouvert d’une iconographie rendant hommage au roi Soleil. Sur les roues on trouve des fleurs de lys et des soleils royaux ; sur la volée on peut voir les armoiries du royaume de France ; tandis que les renforts présentent les sièges de Besançon et de Dôle, villes de Franche-Comté où Louis XIV est représenté en chef des armées.

Loin d’être une simple arme, ce canon est avant tout un vrai bijou à la gloire du Roi.

 

Vous pouvez aller admirer ce modèle d’artillerie dans les Cabinets insolites qui viennent d’ouvrir au Musée de l’Armée.

Antoine Vitek

Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

1 commentaire

  1. C’est un impressionnant rappel que le règne du Roi-Soleil était, comme la plupart des autres, tout aussi lumineux que sombre…

    Je note en tout cas pour les Cabinets insolites qui ont de fortes chances de m’intéresser. Merci 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.